NEWSLETTER
18 novembre 2016
 
 
EDITO   A LA UNE

RIE 3: UNE RÉFORME CAPITALE

  MARCHÉ DE L'EMPLOI DES JEUNES: SALARIAT OU ENTREPRENEURIAT?

Ce mercredi, le Conseil d’Etat dévoilait son projet de troisième réforme de l’imposition des entreprises (RIE 3). Un projet cohérent, équilibré, et essentiel pour notre canton.

Stéphanie Ruegsegger,
directrice politique générale

> lire la suite

 

La jeune génération d’étudiants ausculte de plus en plus ses possibilités de carrière. Une carrière souvent prometteuse, entre le salariat et la création d’entreprise.
> lire la suite

 
OPINION
NON À UNE SORTIE PRÉMATURÉE DU NUCLÉAIRE

Le 27 novembre, la population se prononcera sur l’initiative Pour la sortie programmée de l’énergie nucléaire. Le texte des Verts vise à interdire l’exploitation des centrales nucléaires en Suisse et à favoriser la transition énergétique. C'est en 2011, après la catastrophe de Fukushima, que la Suisse a décidé de sortir du nucléaire. A la suite de cette décision, le parlement a mis cinq ans pour mettre sous toit la Stratégie énergétique 2050 (SE 2050), qui permettra à la Suisse de se passer de manière graduelle de ses cinq centrales nucléaires. Si l’initiative des Verts est acceptée, trois centrales suisses seront débranchées en 2017 déjà; 15% de l’approvisionnement électrique fera défaut. Il faudrait compenser cette perte en important notamment du courant produit par des centrales nucléaires étrangères ou des centrales à charbon, ce qui serait à contre-courant d’une attitude climato-responsable. Laissons-nous du temps pour planifier de manière raisonnée la sortie du nucléaire tout en préservant notre sécurité d’approvisionnement et en développant de nouvelles technologies, qui permettraient par exemple de stocker de l’énergie. La SE 2050 y contribue, ce qui n’est pas le cas de l’initiative des Verts. Donnons-nous la chance d’une sortie raisonnée du nucléaire et rejetons cette initiative.

 
INFOS DE LA QUINZAINE
DROIT DU TRAVAIL

Economie collaborative
Le 28 octobre dernier, un tribunal du travail anglais a rendu un jugement qualifiant le contrat passé entre la société Uber et des chauffeurs londoniens de contrat de travail. Uber prétendait que ses chauffeurs devaient être considérés comme des auto-entrepreneurs et que, s’agissant d’indépendants, les règles protectrices de droit du travail ne s’appliquaient pas. Le juge londonien en a décidé autrement. Ce jugement aura des conséquences financières non négligeables pour Uber qui devra payer aux chauffeurs anglais qui ont agi devant le tribunal le salaire minimum, des charges sociales et leur octroyer des pauses et des vacances. En Suisse, l’économie collaborative a le vent en poupe. Il n’existe, à notre connaissance, pas encore de jurisprudence à ce sujet. Par conséquent, nous conseillons à nos membres d’être prudents lorsqu’ils entrent en relation avec un auto-entrepreneur. De manière générale, les entreprises doivent demander à leurs cocontractants de fournir une attestation d’indépendant et, en cas de doute sur la nature de l’activité convenue, soumettre le contrat à leur caisse de compensation. N’est en effet pas indépendant qui veut. Des critères liés à la prise en charge du risque économique, à la subordination, à la liberté de choisir ses clients, etc. sont utilisés par les caisses de compensation pour déterminer si une activité est salariée ou indépendante; cet examen sur la base de critères économiques et factuels n’aboutit pas forcément à une décision conforme à la volonté des parties exprimée dans le contrat.


BREVE

Miroir de la culture du bâti contemporain
Publiée par les sections romandes de la SIA (Société suisse des ingénieurs et des architectes), la troisième édition du guide A VOIR présente 100 réalisations récentes (2015-2016), objets et aménagements, qui font la qualité de l’environnement construit en Suisse romande. Les textes sont concis. Ils résument la démarche et le concept, au moyen d’images et de plans et facilitent ainsi la compréhension vis-à-vis de la culture du bâti contemporain. Il offre un aperçu florissant du panorama architectural récent en Suisse romande. 
Disponible en librairies dans toute la Suisse romande et sur commande auprès du secrétariat de la SIA Vaud; prix: 22 francs.
  
> informations  


LU DANS ENTREPRISE ROMANDE

Bus ou train? L’enjeu de la mobilité est ailleurs 
L’apparition de compagnies de bus à bas prix travaillant sur le territoire suisse n’est plus qu’une question de temps. Le colloque annuel d’Ouestrail, organisé début novembre à Yverdon-les-Bains, a montré que les vraies questions de cette thématique de mobilité ne sont pas dans la concurrence entre le bus et le train, mais dans la complémentarité des moyens de transport.

> lire l'article

 
AGENDA
25.11.2016 DÈS LE 13.01.2016 DÈS JANVIER 2017
TRANSITION NUMÉRIQUE:
BLOCKCHAIN
ATELIERS DES CRÉATEURS DÉVELOPPEMENT DURABLE POST-2015

Le Forum de l'économie numérique s'intéresse à l'impact de la blockchain (chaîne de briques numériques) sur les PME genevoises: quelles en sont les applications concrètes et comment les appréhender?

FER Genève
98, rue de Saint-Jean, Genève
De 8h. à 12h30
Gratuit, inscription requise
 
> ici

Tout savoir sur la création d'entreprise en une matinée! Les Ateliers des Créateurs de la FER Genève se veulent méthodologiques et pratiques. Ils sont particulièrement destinés aux créateurs d’entreprise qui sont au stade de l’idée ou dans la première phase de mise en place de leur projet.
 
FER Genève
98, rue de Saint-Jean, Genève
De 8h. à 12h.
Renseignements et inscription
>Inscription ici

Septembre 2015: les dirigeants mondiaux entérinent les nouveaux objectifs du développement durable de l'ONU. Ce Certificate of advanced studies, au programme modulaire, permet de traiter les enjeux actuels et futurs de la durabilité à travers des thématiques variées.

Université de Genève
66 boulevard Carl-Vogt, Genève
Renseignements et inscription (avant le 30 novembre 2016)
> ici

 
EDITO (suite)

Ce dernier n’est certes pas définitif, dans la mesure où il sera prochainement examiné, décortiqué et peut-être amendé par le Grand Conseil. En l’état, on peut toutefois saluer son dépôt et son orientation générale. Dans le domaine des mesures fiscales, l’ensemble des propositions formulées est réjouissant, en particulier le traitement rapide de la question de la taxe professionnelle communale pour les sociétés actuellement sous statut. 
Sur le plan des mesures d’accompagnement, le prélèvement supplémentaire de 0,22% sur la masse salariale constitue un effort substantiel demandé aux entreprises genevoises. Ainsi que l’a souligné à plusieurs reprises le ministre des finances, notre canton a distribué les cadeaux de Noël à Pâques, notamment par le biais d’un quasi doublement des allocations familiales il y a quelques années. Il ne peut donc fournir aujourd’hui le même effort que certains cantons, comme Vaud, puisqu’il a déjà été d’une grande générosité par le récent passé. Même si cette contribution supplémentaire est difficile à accepter pour les entreprises, elle reste tolérable, dans la mesure où elle est plafonnée au maximum LAA et permet de faire aboutir une réforme indispensable pour Genève et pour l’ensemble de ses entreprises, petites et grandes. 
La FER Genève sera particulièrement attentive aux projets que cette contribution financera; ils devront être en lien direct avec l’économie et le monde du travail. Il importe que les milieux économiques soient représentés dans les fondations actuellement prévues par ces projets, pas uniquement en qualité de financeurs, mais aussi de gestionnaires. 
Les cartes sont dans les mains des députés. Gageons que ces derniers auront à cœur de faire aboutir une réforme capitale pour Genève. Cette réussite est d’autant plus indispensable que nous voterons le 12 février prochain sur la réforme fédérale, qui porte sur les principes généraux et qui est elle-même cruciale pour la Suisse. Si le projet fédéral est accepté, ce que nous espérons, Genève devra impérativement réussir sa réforme. Faute de quoi, le taux restera à 24% environ, faisant planer une menace sur plus de soixante mille emplois.
> haut de page

 
A LA UNE (suite)

Que les jeunes diplômés choisissent le salariat ou l'entrepreneuriat, «la capacité d’innovation de notre économie dépend étroitement du niveau élevé des jeunes diplômés des hautes écoles suisses», lit-on dans le guide 2016 remis à des milliers de jeunes étudiants pour accompagner leurs premiers pas dans le monde professionnel. Le forum de l’EPFL, le mois dernier, a permis de dégager quelques grandes tendances en matière de carrière des jeunes.
La création de sa propre entreprise permet à un jeune diplômé de concilier une forme de reconnaissance publique, son envie de changer le monde et, éventuellement, de gagner de l’argent. Le parcours est très exigeant, mais les possibilités sont là, à une époque où beaucoup d'entreprises cherchent à externaliser certains travaux scientifiques et techniques, ouvrant la voie à des activités inédites de recherche et de conseil.
En matière de premier emploi, on assiste actuellement à un décloisonnement entre les études et la pratique d'un métier: de nombreux employeurs privilégient des programmes de formation globale interne de plusieurs mois destinés aux jeunes diplômés, leur permettant d'acquérir de l’expérience avant de lancer leur carrière. Ce n’est qu’au terme de cette formation que les employeurs suggèrent un emploi fixe.
> haut de page

 

www.fer-ge.ch
98, rue Saint-Jean – Case postale 5278 – 1211 Genève 11
T 058 715 31 11 – F 058 715 32 50
Pour tout commentaire sur cette newsletter, écrivez à webmaster@fer-ge.ch.
Pour se désabonner, cliquez ici .